DANS CETTE RUBRIQUE     ≡

Saint Didier au Mont d’Or

Voir la carte


Description du parcours

Km 0 : Depuis la chapelle, descendre la Rue Victor Hugo et tourner à droite dans
le Chemin du Chêne. Prendre ensuite le Chemin du Puits et enfin l'Avenue Jean
Jaurès à droite.
Km 1 : Quitter définitivement le quartier de Saint-Fortunat par le Chemin de Narcel. Plus loin, laisser les balisages bleu foncé du Tour de Limonest et Double Point jaune de la Variante V.2 sur la gauche.
Km 2 : A la tour de Narcel, prendre la petite route à droite.
Km 2.5 : Après le croisement de la D92, descendre à droite par le Chemin des Presles.
Km 3.6 : Faire 350 m. sur la D73 et tourner à gauche dans le Chemin du Belvédère puis à droite dans le Chemin de Videpôt.
Km 4 : Trouver le chemin qui descend entre les maisons et qui rejoint la Rue Victor Hugo.
Km 4.5 : Chapelle de Saint-Fortunat.
Une petite balade, mais une grande plongée dans l'histoire... Pour votre gouverne, le promeneur curieux a, lui aussi, choisi de parcourir le circuit dans le sens des aiguilles d'une montre.

Nous sommes devant la Chapelle de Saint Fortunat, un sanctuaire ancien, perché autrefois sur le faîte d'une carrière, qui fut longtemps le but d'un pèlerinage où l'on amenait les enfants de tous âges pour les sanctifier et les guérir. Vous pouvez visiter la chapelle lors de la journée du Patrimoine, en septembre de chaque année.

Nous descendons la rue principale de ce bourg qui s'égrène en plusieurs hameaux tout le long de l'arête de la montagne. L'été, lorsque le soleil brûle et que chantent les cigales, c'est un village de Provence. Nous tournons à droite chemin du Chêne (où est le chêne?) qui se continue chemin du Puits (un coup d'œil au vieux puits collectif ! ).

Nous sommes route de Poleymieux (Avenue Ampère) et traversons rapidement le hameau de Létrat (étymologiquement: la route). Quelques mètres plus haut, à droite, la maison des Bustes. Il s'agit de quatre bustes retrouvés après la Révolution, et qui pourraient représenter les grands personnages de la Régence. L'été, des mûriers nous cachent en partie les bustes: il y avait là un élevage de vers à soie.

On attaque immédiatement le chemin de Narcel qui traverse les dernières habitations de St-Didier et l'on savoure le vieux chemin bordé de vieux murs rongés par les buis. Les cabornes qui le bordaient sont détruites ou invisibles.

Au bout du chemin, un coup d'œil à la chapelle de Fatima, construite en 196O, modèle réduit de la véritable. Quelques dizaines de mètres plus loin, la tour de Narcel avec l'inscription SF 1882. On dit que, sur la terrasse de cette tour, au siècle dernier, de joyeux drilles banquetaient et faisaient signe à d'autres fêtards qui se livraient à la même occupation dans une construction au sommet du Montlouis, à Champagne. C'est dire que la vue porte loin.
Le balisage nous conduit au chemin des Presles qui nous remet en direction de St Fortunat, pour le trajet du retour. Chemin lui aussi bordé de murs, traversant en plein la grande cité gauloise des Essarts encore si belle au siècle 
dernier, avec ses grands chirats, ponctués de cabornes, découpant l' espace en vastes quadrilatères. Sur la gauche vue sur le cirque de Giverdy surmonté par la Roche de St Fortunat (aujourd hui le Mont-Laroche) : là aussi, vestiges gaulois et romains ne sont pas rares.

Nous nous laissons guider ensuite par le balisage jusqu'au hameau de Videpôt, dont le nom cocasse ne doit pas vous amener de mauvaises idées : il doit être rapproché des mots latins "vicus" et "puteus", le village du puits, à moins qu'il ne s'agisse du chemin ("via") du puits.

Reste un petit sentier court et pittoresque. A l'entrée, une inscription gravée : "Il (mot illisible) pour tout le monde. Cela et sur. Nan doutté pas". A la sortie, trois stations d'un chemin de croix, dont l'une, à la facture différente, porte la signature : A. BUY, 1779. Nous sommes à quelques pas de la chapelle et de la fin de notre périple.

Voir le sentier de la pierre